Présentation #2 : Emilio

Emilio

Le ton est donné.

Emilio est en France depuis sa naissance alors qu’il ne possède aucun papiers, et risque à tout moment d’être expulsé vers son pays natal, où ses copains à poils et à la facheuse tendance à cracher sur les gens qui les embêtent attendent avec impatience son retour. C’est pour cela que je veillerais à taire au mieux sa véritable identité.

Originaire du Chili, ce qui explique son imposante pilosité et sa tendance à baver quelque peu, Emilio se passionne des choses qui intéressent peu le commun des mortels : les cigognes. A part les Alsaciens légèrement chauvins (ce qui relève presque du pléonasme) qui vénèrent ces reptiles à plumes autant que leurs spécialité culinaires, peu de gens voient vraiment en quoi étudier ces animaux peut être d’une quelconque utilité publique (personne n’a jamais entendu un député s’écrier « ZZZOMG LAY SSYGAUGNES CAY TRO AINPAURTAN » à l’assemblée). Et pourtant. Emilio a décidé d’en faire son sujet d’étude pour sa thèse. Ce qui est assez curieux au vu de l’ensemble de son parcours.

Si on revient en effet en arrière, Emilio a hésité lors de son passage en Master (après avoir effectué brillamment une licence de théologie protestante) à étudier l’éthologie (la science du comportement animalier) et la microbiologie (la science du Savoir absolu et qui permet de pécho un max de filles). Sachant bien sûr que la première voie ne lui amènerait aucuns débouchés ni revenus, Emilio se jeta dedans (« je suis toujours prêt à relever un bon challenge »). C’est pas comme s’il était pauvre au point d’avoir déjà vendu trois reins pour se payer ses études (il peut d’ailleurs remercier ses frères et soeurs pour cela). Mais bon. Il parvint à boucler son Master. Et alors qu’il aurait pu choisir un sujet vendeur sur des animaux intéressants, il choisit de se jeter sur cette brute à plumes que constitue la cigogne. Quitte à n’avoir aucun avenir, autant le faire le plus proprement possible. Ce qui est bien c’est qu’avec son travail de thèse il pourra sûrement obtenir un job d’animateur à Cigoland.

Le travail d’Emilio va porter  sur la migration des cigognes blanches (il a choisi de ne pas s’intéresser aux cigognes noires parce que déjà c’est rien que des voleuses et que de toute façon les histoires d’immigration ça lui rappelle de mauvais souvenirs). Ce qui l’importe, c’est de déterminer quelle est la part génétique (donc, propre à la science des gènes) et quelle est la part familiale qui explique les distances et les destinations choisies par les cigognes d’Alsace lorsqu’elles vont en Afrique. Et également d’établir comment s’inscrit dans ces processus la part la plus importante de tout phénomène : la part DIVINE. Il pourra ainsi répondre à la question que l’on pose désormais à tout thésard qui se respecte à la fin de son exposé : « Et, Monsieur, Dieu dans tout ça?« . Emilio est en effet un créationniste chevronné qui pense que Darwin n’était qu’un vieux fou qu’on a écouté simplement parce qu’à l’époque il n’y avait pas la télé et qu’il fallait bien s’occuper. Heureusement qu’on a Patrick Sébastien maintenant.

Faites votre choix. Mais la théorie de droite est quand même beaucoup plus cool.

Il ne faut pas oublier qu’avant d’être un thésard, Emilio est également un être humain, avec ses qualités et ses défauts. Comme défaut, il a la mauvaise habitude de s’y prendre toujours au dernier moment pour faire les choses qui sont à faire au plus vite. Ce qui sera très amusant à observer, par exemple, quand il commencera à rédiger son manuscrit de thèse la veille de sa soutenance. Il a également des goûts culturels assez peu communs ; il adore le viking métal. Je vais m’arrêter tout de suite sur ce point pour ne pas effrayer les lecteurs, mais sachez que ce genre de maladie est reconnue par l’OMS au même titre que le cancer du SIDA. Concernant les qualités, bien qu’elles soient nombreuses, elles sont actuellement enfouies dans la barbe imposante (et qui sert d’abri à de nombreuses espèces d’insectes méconnues) d’Emilio (qui a eu la brillante idée de, je cite, « ne pas se raser durant toute ma thèse, comme ça je ressemblerai à un clochard hirsute et je ruinerai ma vie sociale ») et je n’ai pas sur moi de débroussailleur qui me permettrait de les énumérer. Et puis faut pas déconner, écrire du bien des gens, c’est vraiment pas mon truc. J’espère donc que vous aurez eu un léger aperçu du thésard qu’est Emilio et je lui souhaite bon courage et de réussir ce qu’il fait pendant les trois prochaines années (je ne préfère pas penser à ce qui arrivera après).

TL;DR : Emilio est un thésard sympathiquement barbu, passionné d’oiseaux et de la Bible.

Arnaud

Publicités

1 commentaire

Classé dans Kikoo les copains

Une réponse à “Présentation #2 : Emilio

  1. Annie. T

    Je pense qu’il est important de rajouter à cette -superbe- présentation, qu’Emilio voue une passion sans commune mesure pour le genre cinématographique ésotérique qu’est le nanar.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s