Présentation #1 : Arnaud

Arnaud

Arnaud se prépare pour une conférence créationniste.

De tout temps, le commun des mortels (toi, moi, le mec bizarre qui pue dans le tram,…) n’a eu de cesse de lutter contre un sous-genre particulier d’être humain. Cette race, vénérée par la base gueuse de notre société comme par les plus hautes sphères bourgeoises, continue allègrement aux yeux de tous à dominer notre monde. Elle impose sa manière de voir les choses, juge ses conspécifiques avec dureté et hauteur dès lors que ces derniers s’écartent du droit chemin qu’il auront fixé, tout cela sous les haros des pauvres victimes prises au piège de leur sournoises machinations. Je veux bien sûr parler des premiers de la classe, des piliers des premières rangées d’amphithéâtres et autres culolingueurs semi-professionnels. Cependant, dès lors que l’on prend la peine de s’intéresser à cette élite, on remarque que tous ne méritent pas le bucher, et que certains peuvent même s’avérer être de bonne compagnie. J’ai eu, lors de ma première rencontre avec Arnaud, ce sentiment étrange d’une fine fleur qui daigne s’adresser au bas gazon, d’une bourgeoisie qui s’enquiert des problèmes des autres gens de ce triste monde. Arnaud m’a considéré, et depuis ce jour, nous poursuivons parallèlement nos carrières scientifiques dans deux domaines certes différents, mais qui nous permettent d’échanger et surtout de nous enrichir l’un l’autre.

De part sa qualité d’être supérieurement intelligent, Arnaud voit le monde différemment de nous. Il donne l’impression de se démultiplier, travaillant sur ses rapports et dossiers avant même que ses autres camarades ne finissent la première gorgée de leur bière. Au travail, comme dans la vie, toute obligation qui vous sera imposée doit être respectée dans les plus brefs délais, sous peine d’un villipendage de bon aloi qu’il se fera un malin plaisir à vociférer dans vos oreilles, si possible au moment le moins opportun. Exemple de discussion typique que vous pourriez être amené à avoir avec lui :
– As-tu vu le dernier Dupieux au cinéma? Paraît qu’il est décevant…
– T’as fait ton contrôle technique ? (on notera la transition de sujet impressionante)
– Bahhhh, non. Mais j’ai jusque Mai 2013, c’est cool..
– QUOI ??? MAIS BORDEL C’EST DANS 7 MOIS, QU’EST-CE QUE T’ATTENDS SALE (insérer insulte à connotation raciste envers les latino-américains) ?? »

D’une discussion intéressante vous tomberez inexorablement vers un débat sans fin sur la nécessité de remplir vos obligations dans les temps impartis. Et là vos qualités de bretteur oral hors pair ne vous serons d’aucun secours, et vous serez quitte pour une bonne leçon de morale digne de votre propre mère-grand (wesh).  Vous passerez à ses yeux comme un humain de seconde zone, et dure sera la route pour désormais tenter de redorer votre blason.

Aussi compatible avec : « Georges n’a pas payé sa dernière facture de téléphone ».

Mais Arnaud cache derrière sa carapace de mèche lissée au millimètre et de t-shirts bariolés à l’effigie de groupes de rock approximatif un personnage beaucoup plus profond. Une fois qu’on le connait vraiment, on peut entrapercevoir derrière ses yeux pleins de haine une douleur secrète. Ce genre de douleur sourde mais néanmoins présente, qui le suit constamment où qu’il aille, qui lui rappelle sans cesse qu’il n’est pas entièrement comme les autres. Un soir de spleen, imbibé d’alcool, il m’a avoué ce qui l’empêchait de pleinement vivre sa vie. Je ne vais pas répéter ici les propos qu’il m’a tenu ce soir là, le site n’ayant pas vocation à nous moquer l’un l’autre. Je me souviendrai néanmoins toute ma vie de ses petits yeux emplis de larmes lorsqu’il m’a dit : « Tu sais, tu es à moitié latino, tu ne connais pas ce problème. Mais sache que pour moi c’est difficile. » Mais Arnaud est un battant, et au lieu de se renfermer, il a décidé de prendre à bras le corps son problème, et d’en faire son sujet d’étude principale : le MICROSCOPIQUEMENT PETIT.

Effectivement, pour pallier à ses différents complexes implicitement susmentionnés, il décida de se diriger vers un Master de Microbiologie, autrement dit, l’étude des micro-organismes. Etudiant hors pair, camarade dévoué mais néanmoins éreintant de part son côté de Mr. Parfait, il réussit plus que brillamment ce qui ne s’avéra être pour lui qu’une formalité. Désormais en thèse, il concentrera ses études des trois prochaines années sur une espèce trop souvent incomprise, à laquelle il s’identifie à la perfection, Staphylococcus aureus. Ce qui semble être pour la majorité d’entre nous une sal*perie responsable de nombreux maux (furoncles, panaris, diarrhées et autres intoxications alimentaires), Arnaud la considère peu ou proue comme son alliée pour sa réussite. Parfois simples amies, parfois confidentes, Arnaud passe beaucoup de temps devant ses boites de Pétri et se sent il est vrai, parfois un peu seul. Vénérateur de l’incroyablement petit devant l’éternel, notre joyeux drille pousse le bouchon jusqu’à étudier non pas l’organisme dans son ensemble, mais uniquement une part infime de sa biochimie. Arnaud concentrera donc les recherches de ses trois prochaines années sur un sujet passionnant, d’enjeu national et d’utilité publique (tout comme mon sujet me direz-vous) : le rôle de l’ARN non codant RsaC dans la régulation de l’expression des gènes.

A de (trop) nombreuses reprises il aura pris le temps de m’expliquer en détail les tenants et aboutissants de ce sujet au titre ravageur. Et pourtant, devant avouer mon incapacité chronique à ne pas comprendre ce qui ne touche pas aux bêtes à plumes, je ne peux malheureusement pas vous expliquer plus en détail son sujet. Sachez juste qu’il concentrera ses efforts sur l’identification de la machinerie biologique associée à cette ARN non codant.

Comme S. aureus ne pouvait pas apporter les enfants par les airs, il a décidé de leur refiler plein de maladies dégueu.

Pour conclure ici son portrait, Arnaud est un personnage immensément plus complexe que ne le laisse présager l’image qu’il renvoie de lui, et qui nous a fait dire de trop nombreuses fois : « Mais bordel, qu’est-ce que ce lycéen fout dans cet amphi ? « . Scientifique dans l’âme mais humainement riche dans sa manière d’être au quotidien, c’est un énorme privilège, et une immense fierté, de codiriger ce blog avec lui. Puisse notre collaboration tenir ces trois années qui s’annoncent d’emblée délicates, et faisons en sorte je l’espère, de faire de cette aventure une épopée dont les  pages de ce blog relaterons les exploits, les doutes et les peines.

Emilio

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Kikoo les copains

2 réponses à “Présentation #1 : Arnaud

  1. Han trop la tehon t’as oublié un s a « il auront », tiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiens!

  2. Pingback: Etourderies #1 |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s