Etourderies #1

Lors de la pratique d’expériences de laboratoire, il arrive à chacun de faire des erreurs. Il peut s’agir parfois d’erreurs de dosages de composés, de réactifs, d’oublis bêtes mais banals. Il y aussi ce que j’appellerai les étourderies, pour ne pas dire les grosses conneries bien connes, celles que quand quelqu’un te raconte ce qu’il a fait tu te dis « pwahahaha ça ne m’arrivera jamais, faut vraiment être teubé pour faire ce genre de truc ». J’ai décidé de compiler certaines de mes plus grosses bêtises afin de ne pas oublier que malgré mon statut d’être supérieurement intelligent (ce n’est pas moi qui l’ai dit) je peux en faire des biens grasses, des biens crasses.

Le réel problème, c’est que j’en ai déjà deux à noter, et ça fait même pas deux semaines que j’ai commencé. Au secours.

Erreur n°1 : transformer des bactéries avec un plasmide (c’est à dire essayer de leur faire rentrer un morceau d’ADN circulaire en leur pétant gentiment la membrane pendant quelques millisecondes) qui porte un gène de résistance à la spectinomycine (un antibiotique) et les étaler sur une boîte de pétri contenant de l’ampicilline (un autre antibiotique, qui n’a rien à voir, et donc va te buter toutes les bactéries qui ne peuvent évidemment pas y résister sauf si elles ont DAY ZUUPER POUVOAR)… C’est un peu comme essayer de tuer des souris avec un insecticide. Ou presque. Je ne suis pas hyper doué avec les métaphores.

Erreur n°2 : synthétiser un fragment d’ADN double brin, et faire une réaction de transcription in vitro pour obtenir de l’ARN en utilisant l’ARN-polymérase du phage T7. S’étonner de n’avoir aucun produit de transcription. Constater par après que l’ADN synthétisé ne contient pas de promoteur pour la T7 polymérase… C’est un peu comme mettre des pâtes dans une casserole d’eau et s’étonner une heure après qu’elles ne soient toujours pas cuites – alors qu’en fait t’as juste oublié de faire chauffer le tout.

Le pire dans tout ça c’est d’annoncer ces choses-là à son/sa chef, en essayant de sauver les apparences, « nan mais en fait j’le savais mais j’avais zappé sur le coup, c’est tout, REGARDE, je l’avais noté en ROUGE dans mon cahier, mais j’ai oublié après! » alors qu’à ce moment, dans tes yeux et ceux du reste du monde, la seule image de toi que tu as, c’est celle-là :

« lé zexpériansse cay rigaulau »

TL;DR : je fais des erreurs très cons, mais paraît que ça arrive à tout le monde.

Arnaud

Publicités

1 commentaire

Classé dans Intralab

Une réponse à “Etourderies #1

  1. Delphine

    Brancher son gel à l’envers, niquer des millions de cellules avec de l’isopropanol par erreur, mal mettre le capuchon d’une pcr et découvrir que tout s’est évaporé, laisser tomber un tube ouvert, jeter le culot … Bref, je fais une thèse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s