[Guest] Surfin’ USA

Le guest blogging continue ! Aujourd’hui c’est Lionel qui va partager son expérience. Je spoile un peu : il est parti en congrès aux States. Ouais carrément. Bon c’était un congrès de neurosciences, ça permet de relativiser les choses, on peut pas tout avoir… Lionel fait partie de ceux qui ont suivi le blog très tôt, et qui nous donnait des retours sur ce qu’on faisait. Au début, il disait que le plus grand problème était qu’on se gargarisait dans notre auto-suffisance. Je cherche toujours à comprendre ce que ça veut réellement dire, mais j’aime beaucoup cette expression. Et puisque Lionel nous a rejoint maintenant, je dis simplement : gargarisons nous !!!

***

Surfin’ USA

20130613_130235

En janvier dernier, mon directeur de thèse annonce à son équipe de doctorants de choisir les congrès pour l’année à venir. S’en est suivi plusieurs heures de surf  sur le web pour définir trois destinations : une en France, une en Europe et finalement une aux Etats-Unis, avec un ordre d’importance croissant. Je pensais naïvement pouvoir aller à Boston, lieu d’un congrès international de cellules souches, en collaboration avec l’institut de cellules souches de Harvard, et rien que pour ça, ça donne envie de faire caca partout !

Tout le monde me disait au labo : « Oh t’es en première année de thèse, jamais il ne t’emmènera aussi loin ». J’ai alors travaillé mon directeur de thèse au corps, ne tarissant ni d’arguments qui contribuaient à faire avancer ma thèse (en les relisant, ces quatre derniers mots me font rire) mais lui permettant également de se tenir informé des dernières tendances dans le monde de la cellule souche. En effet ce thème est assez marginal dans mon labo car je suis le seul à en faire et il n’est donc plus totalement à jour dans le domaine.

Quelle ne fût pas ma stupeur, et celle de mes collègues en apprenant un matin, suite à une tape sur l’épaule du directeur : « On pourrait p’tet aller à Boston, le programme est top ! ». La phrase avait illuminé ma journée. Je vais aller fouler le sol américain, le pays où tout est permis, où tout est possible. Celui de la malbouffe, du dollar, des habitants à 58% obèses selon le Times Magazine. J’allais donc voir de vrais obèses, c’est génial. (Attention au moment où j’écris ce texte, je suis à Boston et si vous pensez avoir déjà vu des obèses en France, c’est FAUX, ils sont tout au plus en léger surpoids. Ici, les gros c’est une institution, un art de vivre. Ici, en dessous de 400 lbs t’es un gringalet). Cette parenthèse faite, revenons-en au surf des USA.

obèse surfin USA

Un congrès scientifique c’est quoi ? Ce sont trois conditions à remplir, dans un ordre d’importance capitale ! Tout d’abord un lieu, idyllique, proche de toutes commodités, un bel hôtel, la plage quand on peut en voir une. Puis de la bonne bouffe, au sens rabelaisio-épicurien du terme, un beau buffet et la plage quand on peut en avoir une. Finalement un peu de sciences, avec un beau buffet, dans un beau centre de conférences et la plage quand on peut en avoir une.

Oui ! Parce que je vous mets au défi de trouver un congrès scientifique national ou international qui se déroulerait dans la salle de fêtes de Ichtratzheim-Faubourg, sponsorisé par la boulangerie Schmitt, la charcuterie Riethmuller Père et fils et financé par le très compétent pôle divertissement et culture de la mairie du village sus-cité.

Quand vous faites venir du beau monde, des papes (ça tombe bien y’en a vraiment deux en ce moment), des huiles scientifiques, garanties enrichies en oméga 3 et 6, il vous faut du haut de gamme, sinon ils répondent gentiment qu’ils ont piscine ou dentiste.

Ellipse temporelle de quelques mois, me voici aux USA. Les formalités administratives du départ ont été réglées. Le labo paie, quand il en a les capacités, la totalité du voyage, avion, hôtel, nourriture, sous condition de présenter au retour un justificatif de paiement pour tout. Voila qui vaut bien la peine de prendre un peu de temps pour trier les factures et autres additions de restaurants sur lesquelles figurent diverses préparations d’huitres et homards de la baie de Boston.

Ce congrès international est également pour moi la possibilité d’exposer un poster, un des différents modes de présentation des travaux scientifiques. Nous sommes 2800 à en présenter un, avec un peu plus de 7000 participants : « Oh my Gosh » comme disent les Bostoniens ! Certains sujets de premier intérêt sont quant à eux sélectionnés pour une présentation orale d’une dizaine de minutes, laissant ouvertes quelques questions durant 3-4 minutes. Ce n’est pas avec mes avancées magistrales que ça risque de m’arriver ça…

phdcomics srufin usa

Les posters, eux, présentent des données techniques, fonctionnelles, protocolaires, des nouveautés technologiques développées la plupart du temps par des doctorants ou post doctorants dans tous les labos de la planète… De la planète… Ouais… Enfin plutôt des Chinois implantés dans tous les labos de la planète. Ils tonh patouheuhh !

Ces congrès permettent et c’est capital de rencontrer les tous ces omégas 3 et de potentiellement se faire… un réseau. Le fameux réseau scientifique. The scientific network ! Celui qui vous permettra peut –être un jour de décrocher un post doc en six mois au lieu de huit. Dans ce monde capitaliste que je chéris tant, la raison de l’argent est la plus forte et savoir faire du gringue (tiens, ça ressemble au « Gringe ») aux bonnes personnes peut s’avérer être une bonne chose. Car la science c’est un peu comme la légion : « publie ou crève ». Et pour bien publier, il faut un bon nom et un bon réseau. Pour avoir un bon réseau, il faut bien baiser…

Un congrès international c’est donc une partouze géante, du proxénétisme intellectuel sous couvert de bonnes mœurs. Science sex and sun, that’s USA !

Lionel

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Invités

2 réponses à “[Guest] Surfin’ USA

  1. Ryan Gosling alias Quentin Bernard

    A part la présence de grosse personne, et de gros chinois plus particulièrement si l’on couple les deux majorités, il n’y a pas vraiment de différence avec les congrès que l’on peut trouver dans les autres pays en fait.

  2. Annie_T

    Les Chinois ne sont pas seulement implantés dans tous les labos… Ils sont encore pire que les Françs Maçons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s